L'héritage


 
 
francesco-smalto

Mr. Smalto

La romancière Françoise Sagan écrivit un jour à propos de Francesco Smalto: « C’est un de ces rares hommes, qui peut mêler le luxe et la sobriété, le quotidien et l’éclat. C’est un artisan et un seigneur ». 

Fort d’un savoir-faire maître tailleur, Francesco Smalto ne voit pas les choses comme ses confrères. Ayant eu très jeune la passion de la coupe et de l’étoffe, il part aux Etats Unis pour parfaire sa technique coupeur chez Harris à New-York, le tailleur du Président Kennedy. A son retour à Paris, il crée en février 1962 la Maison de tailleur Smalto en s’installant rue La Boétie dans le VIIIème à Paris.
 

Mon but était d’être un couturier différent des autres, c’est-à-dire d’offrir ce qui ne se voyait pas ailleurs”. Francesco Smalto
 
 

 
 

1960

Avec ses vêtements sur-mesure ajustés, la Maison Smalto révolutionne la garde robe masculine et son vocabulaire ; du costume rayé au smoking blanc et à la saharienne jusqu’aux costumes futuristes aux longues cuissardes en vinyle.

La recherche du confort et de la décontraction tout en préservant la ligne et l’allure dans un style épuré deviennent la signature du tailleur.

Reconnue dans le milieu artistique, la Maison est appréciée d’artistes comme Claude François et Charles Aznavour qui décident de lui confier la confection de leurs tenues de scène.
 

  Grande mesure, collection Printemps / Eté 1965.

Grande mesure, collection Printemps / Eté 1965.

 
 

 
 
  Collection 1976

Collection 1976

1970

Au début des années 70, un vent de liberté souffle sur la mode. Francesco Smalto s’inspire de ce mouvement qui rend les silhouettes plus amples tout en préservant l’équilibre de la ligne.
Francesco Smalto travaille le velours mais aussi le jersey et la soie sauvage pour confectionner des costumes croisés ou droits à poches plaquées, à rabats cousu, à grandes fentes dans le dos.
Son goût pour les belles matières le pousse à n’utiliser que des tissus nobles tels que le cachemire ou la flanelle, et à en créer de nouveaux en Angleterre avec des mélanges de fibre d’orchidée et de zibeline, de renard argentée ou de vigogne.
 

 
 

 
 

1980

L’homme se doit d’être viril et la carrure se marque et s'amplifie. Durant cette décennie, le costume pour homme, toujours très architecturé devient plus ample.

L'attrait pour les belles matières devient visible au cinéma, où les réalisateurs n’hésitent pas à jouer avec les costumes et éclairages afin de ravir le grand public. Dans « Le Dernier Empereur » interprété au cinéma par John Lone, Bernardo Bertolucci joue sur l’éclat des matières chatoyantes des costumes de chacun des personnages.

Les codes s’installent- la fleur à la boutonnière, l’épaule roulée et légèrement remontée, la boutonnière milanaise ou encore les tissus d’exception – et font le bonheur des personnalités politiques, de la chanson ou du cinéma. 

 Collection pret-à-porter Printemps-Eté 1989

Collection pret-à-porter Printemps-Eté 1989

 
 

 
 
 Collection pret-à-porter Automne-Hiver 1992

Collection pret-à-porter Automne-Hiver 1992

1990

La Maison Smalto rassemble de plus en plus de fidèles, de têtes couronnées et hommes politiques du monde entier qui se retrouvent dans ce haut lieu de l’élégance et du savoir-faire tailleur. En 1991, Francesco Smalto prend sous son aile le jeune créateur, Franck Boclet qu’il nomme directeur de création.

Il lui succédera en 1998 et deviendra officiellement directeur artistique de la Maison jusqu'en 2007. 

 
 

 
 

2000

Cette décennie sera l’occasion d’un nouveau départ pour la Maison. Francesco Smalto se retire en 2001, laissant Franck Boclet, qu’il a formé pendant de nombreuses années, à la tête de la création. Youn Chong Bak, également initiée au métier par Francesco, prend la relève en 2007 pour superviser les collections Couture et Prêt-à-porter. Elle insuffle une nouvelle énergie en rendant le style plus léger, en donnant un côté plus casual aux collections tout en respectant le patrimoine de la Maison. Le maitre mot reste l’élégance.

Sous sa silhouette la Couture continue de perpétuer un savoir faire traditionnel en s’adaptant à l’évolution de sa clientèle. 

vetement-smalto
 
 

 
 
label.jpg

2012

La Maison Smalto se voit décerner le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » par le Ministère Français de l’Economie pour l’excellence de son savoir-faire tailleur.

 
 

 
 

2018

Après quelques années d'errance, la Maison Smalto retrouve ses fondamentaux tout en s'adaptant aux nouveaux modes de vie et à l'évolution des codes de l'élégance.